socioeco.org
Site ressources de l’économie sociale et solidaire
'

Projet Chantiers-Passerelles

décembre 2015

La vidéo : 1min53

La prison est coûteuse (près de 100€ par jour et par détenu, 26 000 €/peine en moyenne), et particulièrement inefficace pour prévenir la récidive (près de 2/3 des personnes qui sortent de prison y retournent dans les 5 ans).

Le travail d’intérêt général (TIG), est une peine non-carcérale, qui consiste en un travail que la personne doit faire sans rémunération pour le compte d’une structure œuvrant dans l’intérêt collectif (association, collectivité publique ou entreprise chargée d’une mission de service public).

Cette peine est bien moins coûteuse que la prison (moins de 1 000 €/peine) et plus efficace (moins de 50% de récidive). Aujourd’hui, on prononce 30 000 peines de TIG par an, contre 90 000 peines de prison de moins d’un an. La marge de progression est encore très importante.

Chantiers-Passerelles a pour ambition de développer l’utilisation du travail d’intérêt général, en créant davantage de missions d’intérêt général, et en faisant de cette sanction une opportunité d’insertion sociale et professionnelle.

En soutenant le développement de cette peine, Chantiers-Passerelles souhaite contribuer à la lutte contre la récidive, et à l’inclusion des personnes exposées à la délinquance.

Pour cela, Chantiers-Passerelles développe concrètement ce projet sur 2 axes d’innovation :

1. Développer, animer et outiller le premier réseau des acteurs du TIG.

Grâce au partage d’expérience et de pratiques entre les acteurs du TIG et à la valorisation de leur engagement, Chantiers-Passerelles encourage la création de nouveaux postes. Cette action s’appuie sur :

  • La création et l’animation de la première plateforme Internet du TIG (www.tig.chantiers-passerelles.fr) ;

  • L’animation formation à destination des encadrants du travail d’intérêt général ;

  • L’organisation de rencontres territoriales et nationales ;

  • La mise en place d’actions de prospection à destination de nouveaux acteurs ;

  • La valorisation de l’engagement sociétal de ces acteurs ;

  • Une offre de coordination et intermédiation pour faciliter l’engagement au sein des organismes d’accueil.

2. Faire du travail d’intérêt général un tremplin pour l’insertion sociale et professionnelle

Chantiers-Passerelles accompagne les personnes réalisant un travail d’intérêt général pour leur permettre de changer de regard sur la peine et leur donner les outils pour en faire un tremplin dans leur parcours professionnel.

Cela se traduit par un parcours d’accompagnement intensif de 20h en fin de peine, avec un soutien poursuivi sur 3 mois. Ces modules collectifs (6 à 8 personnes) ciblent notamment des jeunes de 18 à 25 ans en perte de vitesse sur leur projet professionnel. Les ateliers proposés permettent de travailler sur les sujets de citoyenneté (en partenariat avec l’association Cités d’Or), la communication (avec l’intervention d’un comédien) et l’orientation professionnelle.

Grâce à ces deux axes d’innovation, et avec l’appui du Ministère de la Justice, Chantiers-Passerelles a pour ambition de favoriser le développement du TIG, et de contribuer ainsi à la prévention de la récidive, à l’insertion professionnelle de nombreux jeunes.

En Octobre 2015, nous avons démarré un projet expérimental sur Chambéry. Ce sont 12 jeunes qui sont accompagnés dans le cadre d’un projet monté en partenariat avec le Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation, la Mission Locale, l’Ecole de la 2ème Chance 73 et Unis-Cité.

Sur l’année 2016, Chantiers-Passerelles va renforcer son activité sur Lyon, en favorisant l’engagement dans cette démarche de nouveaux acteurs, et en construisant ces Modules « Passerelles ».

Le financement demandé sera alloué à la construction de ce réseau sur le Grand Lyon :

  • Financement des premiers ateliers à destination des personnes condamnées à un Travail d’Intérêt Général

  • Développement de la version 2 de la plateforme du TIG

  • Organisation d’une rencontre nationale: Donnons un nouveau souffle au TIG

(Article de La Fabrique Aviva)